Portes et remparts Marrakech

Confortablement installé dans une calèche, vous prendrez plaisir à longer les remparts de la ville, notamment en fin de soirée lorsque les lumières féériques concourent à la magie des lieux…

Les remparts

Érigés sous la dynastie almoravide pour protéger la médina de la menace almohade, les remparts – hauts de 8 à 10 mètres et d’une épaisseur de 1,6 à 2 m -, sont les témoins de l’importance de la cité à travers les âges. Longs de 19 km, ils comptent quelque 202 tours et 18 portes donnant un accès direct au centre névralgique de Marrakech : sa médina et ses souks. Construite en pisé au Xlle siècle, la forme originelle de l’ouvrage est un quadrilatère ne dépassant pas les 9 km de long. Puis, au fil du temps et des dynasties qui se succédèrent, les remparts furent allongés, notamment lors de la construction de la Kasbah sous le règne de Yacoub El Mansour. Le tour complet des remparts en calèche dure à peu près 2 heures, sans halte. Il faudra en compter 4 si vous demandez à pouvoir contempler la magnificence de certaines portes – de préférence : Bab Agnaou, Bab Aghmat, Bab Debbagh, Bab Er Robb. Pour commencer votre promenade, il faudra vous rendre à Bab N’kob (avenue Mohammed V) pour négocier votre trajet. Le prix de location d’une calèche, bien qu’affiché et réglementé, peut varier du simple au double.
Comptez environ 100 Dh de l’heure pour 3 à 4 personnes.

Les portes

Autrefois, les 18 portes de la médina étaient fermées chaque soir, dès la tombée de la nuit, pour protéger les habitants des menaces extérieures. Mais toutes ne méritent pas le détour. Voici celles qu’il ne faut absolument pas manquer…

Bab Agnaou

Appelée Porte du bélier sans corne, après la perte des deux tours qui la surplombaient, ou porte de l’Afrique noire, Bab Agnaou est l’une des plus anciennes et des plus spectaculaires portes de Marrakech. Construite au Xllle siècle en pierres bleutées du Guéliz (collines entourant la ville) par les Almohades, elle avait pour principale fonction de protéger la partie militaire et administrative de la kasbah. Elle se compose de quatre arcs emboîtés les uns dans les autres, et d’une magnifique frise reprenant un verset du Coran en écriture coufique – l’une des plus anciennes calligraphies arabes, ici originaire d’Irak. De cette porte, vous aurez un accès direct aux tombeaux Saadiens, situés à 50 m.

Bab Fès

Plus connue sous le nom de Bab El Khemis, signifiant Porte du jeudi, elle est enserrée de deux bastions fortifiés, aux remparts parfaitement crénelés. Son embouchure, un arc parfait encadré par des frises sculptées et aux couleurs changeantes, s’ouvre sur une esplanade où chaque jeudi se tient le Marché aux bestiaux.

Bab Er Robb

Très finement ornementée, de couleur rouge-ocre, Bab Er Robb -littéralement Porte du jus de raisin -, est un très bel exemple d’architecture défensive de la dynastie almohade. Reliant la médina à la kasbah, elle fut désignée par Yacoub El Mansour comme la seule porte autorisée pour le transit du jus de raisin épaissi, boisson très prisée en ce temps-là. Aujourd’hui, vous y trouverez un magasin de belles poteries.

Bab Aghmat

Située au sud de la médina, sur la route de Ouarzazate, Bab Aghmat tient son nom de l’ancienne capitale du Haouz, antérieure à la fondation de Marrakech. D’apparence sobre, elle a pourtant joué un rôle primordial dans l’histoire de la ville. C’est en effet par elle qu’Abd El Moumen put s’introduire dans la médina, aidé par des mercenaires chrétiens, qui, pour échapper à la famine qui sévissait durant le siège almohade, lui ouvrirent la porte pour avoir la vie sauve.

Bab Debbagh

Avec Bab Fès (ou Bab El khémis), elle est la plus ancienne porte connue de Marrakech, contemporaine des remparts construits sous la dynastie almoravide. Située au nord-est de la cité, elle a ceci de particulier que 5 tournants séparent son embouchure de la médina elle-même, et plus précisément, du quartier des tanneurs installés depuis le Xlle siècle non loin de l’oued Issil.

Bab Ahmar

Accès privilégié à la place du Méchouar (en l’absence du souverain), Bab Ahmar – communément appelée la Porte rouge – est située au sud-est de la médina, derrière le plus grand cimetière de Marrakech. Érigée sous la dynastie alaouite, à laquelle appartient l’actuel roi du Maroc Mohammed VI, elle fut longtemps exclusivement réservée au passage des sultans et des rois se rendant au Msella pour y effectuer les prières des fêtes de l’Aïd el-Fitr et l’Aïd el-Kébir.